Vous êtes ici : Accueil > Histoire du musée > Les salles du musée

Les salles du musée

les salles du musée

le cloître

Cloitre

C’est le point de convergence de la vie journalière des moines. Ils y circulent entre les divers bâtiments monastiques : église, salle du chapitre, réfectoire, dortoir, cuisines, bibliothèque.

 

C’est également un lieu privilégié de promenade et de méditation. Des travaux de restauration entrepris en 1969-71 et 1982 ont permis de retrouver les vestiges de trois principales campagnes de construction du cloître du musée.

la salle capitulaire

 

(avant la fermeture, le hall d’accueil)


La salle capitulaire est une grande pièce du monastère où se réunissent les membres de la communauté religieuse.

 

Dans cette pièce, des chapitres de la règle sont régulièrement relus devant la communauté. On y prend également des décisions importantes sur les problèmes de la vie de la communauté.

 

Cette pièce concentre l’essentiel des rites collectifs des moines en dehors des célébrations liturgiques propres à l’église attenante, c’est le lieu où s’exprime le lien communautaire.

la libraria

 

(avant la fermeture, la cafétéria)

Au XVe siècle, l’ensemble de l’église et des bâtiments est reconstruit.

 

De cette époque date la salle voutée d’ogives, la libraria. Cette pièce était la bibliothèque et salle de travail des moines. La bibliothèque monastique est une partie intégrante du monastère. Les franciscains sont spécialistes de la prédication et l’étude des livres constitue donc une part importante de leur activité. Cette pièce jouxte souvent le chauffoir afin que l’encre reste liquide et que les doigts ne s’engourdissent pas trop. Le chantre est le moine responsable de la bibliothèque.

le réfectoire

 

(avant la fermeture, salle des collections de l’âge du bronze)


Situé dans l’aile nord du bâtiment, le réfectoire était le lieu où se rassemblaient les moines pour prendre leur repas en silence.

 

Le couvent ayant joué un rôle important dans la vie de la communauté chambérienne, le réfectoire a également servi de salle des délibérations communales. Son plafond s’appuyait sur trois piliers, fins et élancés, situés au milieu de la pièce. Deux d’entre eux sont encore visibles aujourd’hui. Après le départ des moines franciscains, en 1777, et l’installation de l’évêché, la pièce change d’affectation. Une première partie est occupée par les bureaux de l’officialité, tandis que l’autre est transformée en dépôt.

 

En raison de l’humidité qui y règne, le niveau du sol est relevé en 1828 et les piliers probablement détruits à la même époque. Le niveau ancien ne sera rétabli que lors des travaux de restauration de 1969-1971, les piliers remontés et le mur de séparation détruit.

 

les salons

 

L’installation de l’évêque dans l’ancien couvent franciscain entraîne des modifications importantes du bâtiment.

 

Dans les premières années du XIXe siècle, sont ainsi aménagés les appartements épiscopaux, composés d’un escalier monumental, d’une suite de salons et d’une chapelle privée.

 

Du décor d’origine des salons subsistent les parquets protégés au titre des monuments historiques, les portes avec leur décor chantourné et leurs dessus de portes peints de scènes portuaires ou maritimes.


ACTUALITES

Des collections sous bulles !

Comment éliminer les insectes friands des collections ? En les privant d'oxygène... !

 

Les Dossiers du Musée Savoisien : Revue numérique 3-2017

Ouvrir en grand

 

Le 3ème numéro vient de sortir !


Découvrez le ici

 

Voir les autres numéros.

Le Musée expose à Turin !

Ouvrir en grand

 

Les peintures murales de Cruet son en ce moment même et jusqu'au 16 juillet 2018 exposées au Palazzo Madama à Turin...

En savoir plus

Editions du Dauphiné Libéré

Ouvrir en grand

Retrouver le site compagnon ici

J'aime mon musée !

Ouvrir en grand

 

 

Suivez nous sur facebook.

 

Likez, partagez, commentez, venez aimer votre musée !